Le blog de Collo fait réagir de nouveau la presse nationale

Publié le par l'autre image de Collo الوجه الآخر

يومية ليبرتي تتعرض في مقال لها لموقعكم: الموقع الذي أتعب القِلّة و أسعد الكثير من محبي منطقة القل


Sites, blogs et journaux électroniques
Collo et la guerre de… la Toile
Par : Mourad KEZZAR
1

Une affaire de diffamation sur le journal électronique de l’APC, opposant le maire à l’un de ses adjoints, est pendante devant le tribunal de Collo.
 
Si Collo ne cesse de perdre de sa superbe, avec un criant développement de son sous-développement (pour reprendre une formulation de l’économiste Samir Amin), il reste très présent virtuellement. Une consolation pour les nostalgiques.
En effet, la cité pré-insulaire semble être aux avant-postes des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Le premier site Internet dédié à la ville de Collo remonte à l’année 1999 avec la vitrine sur la Toile de l’ex-Office colliote des initiatives touristiques (Ocit).
Le site était, avant sa disparition, animé par des membres de l’association mais, aussi, par d’ex-animateurs des Échos de Collo, un périodique tiré à la ronéo durant la fin des années 1970 début 1980.

Il fallait attendre l’année 2002 pour assister à la création du premier site élaboré d’une façon professionnelle. Le colliote.free.com verra le jour, alors que moins de cinq villes algériennes étaient dotées d’un site web. À ce jour, ce site reste la référence en matière d’informations complètes sur la ville de Collo, son histoire, son économie et sa vie sociale.

Une année après, un ancien pied-noir de Collo lança le pagesperson-orange.fr. Un site dédié aux Colliotes non musulmans et à la période antérieure à 1962.
Dès 2005, un autre site a commencé à s’implanter dans le paysage, disons e. médiatique de la région de Collo. Le collo21.com, géré par un immigré, a failli devenir le site de référence des Colliotes avant de perdre de son audience ces derniers temps. Son architecte se consacrera  à la réalisation du site officiel de l’APC de Collo.

Ainsi, mairie-collo.org captera les Colliotes les premières semaines de son lancement avant de perdre du terrain et de crédibilité en devenant une tribune pour des règlements de comptes entre les membres élus de l’APC. D’ailleurs, une affaire de diffamation sur le journal électronique de l’APC, opposant le maire à l’un de ses adjoints, est pendante devant le tribunal de Collo. Cette dérive par rapport à l’éthique n’est pas la seule. Pour une ville balnéaire, des hôtels non agréés et non ouverts officiellement sont proposés aux touristes. Pour les réservations avec une possible remise, le client potentiel est orienté vers le site-père collo21.com, lui-même ne disposant d’aucun agrément, ni en France ni en Algérie. Cyber criminalité disent les uns, juste de l’amateurisme disent les autres.

Le mois d’octobre 2009 est lancé le collo.algerie.over-blog.com. Un forum satirique qui est en train de battre tous les records d’audience.

Ce site d’information générale est alimenté par des faits tirés de la gestion quotidienne de la cité. De jeunes blogueurs  dissèquent la gestion de leur ville sans lésiner sur les mots, les formules et les caricatures. Aujourd’hui, collo.algerie.over-blog.com, malgré un ton sévère et satirique, reste la première référence des Colliotes, détrônant le JT de l’Unique ou même les flashs d’El Djazeera. À longueur de lignes, des blogueurs disent haut ce que la ville de  Sidi Achour chuchote tout bas.


Source: Liberté, quotidien francophone et indépendant, du 28/02/2010
lien: http://www.liberte-algerie.com/edit_archive.php?id=131355

Publié dans Actualité الحدث

Commenter cet article

le King 08/03/2010 17:46


salut yacine je pense que mourad kezzar et un habitant de collo comme nous tousses il voit ce que nous voyons

ci triste de prend tous ce temps pour que la presse algérienne dites ce qui ce passe a collo .

bon courage a tous les colliottes qui disent non au massacre.

merci mourad pour ce merveilleux article colliotte et fier d'être



yacine 08/03/2010 09:10


qui sta3raf bikom Mourad Kezzar alli zi cha3lou fihom annar.