Au nom de quoi ou de qui les colliotes sont souvent privés d'eau potable et d'électricité ?

Publié le par l'autre image de Collo الوجه الآخر

سياسة تعطيش و قهر سكان القل، إلى متى؟ و إلى أي حد؟


 Nous avons longtemps parlé de la misère à Collo, des trous, de la boue, des projets mal-achevés et souvent inachevés, à l'image du boulevard du front de mer ou le boulevard de 28 trous et la rue Palestine dans laquelle les travaux durent depuis plus d'un an, alors que sa longueur est de 300 m seulement.

Avec l'arrivée de la saison estivale, Collo s'est habillée en poussière en buvant de la soif   

Les habitants de Collo constatent, ces derniers jours, des coupures injustifiées et non annoncées du courant électrique, chose qui arrive seulement à Collo et dans la wilaya de Skikda. Quelques heures après, les réparateurs des appareils électroménagers et audiovisuels seront submergés par des citoyens malheureux pour réparer leur matériel et qui fini souvent en ferraille, ils ne se plaignent qu'à dieu tout puissant.

Ces coupures non annoncées et soudaines causent, chaque fois, des dégâts inestimables dans les foyers colliotes comme ceux de toute la Wilaya de Skikda, alors que le pauvre citoyen paye toujours sa facture à temps, car le contraire risque de lui priver d'électricité et de lui coûter trop cher.

D'autres dégâts sont enregistrés au niveau des épiciers, des boulangers des bouchers qui finissent, le plus souvent, par jeter à la poubelle cette nourriture en l'absence quasi-totale d'une assurance qui les couvre, ou par la dissimiler dans les sacs des clients malheureux.

Les responsables se justifient par le fait que la consommation de l'énergie électrique augmente exponentiellement en été à cause de la canicule, alors que notre électricité, fabriquée à Skikda, est exportée à nos voisins tunisiens à l'Est et marocains à l'Ouest, d'autant plus que la centrale électrique de Ramdan Djamel n'a pas été rénovée depuis les années glorieuses de Boumedienne ellah yerhamou.

Véritablement, ces coupures ne sont, en aucun cas, liées à la canicule que nous vivons ces derniers jours, mais la réalité est autre chose, vu que l'administration à l'algérienne n'a jamais montré du respect envers les citoyens (bureaucratie et sabotage organisé), c'est aussi le cas pour certaines sociétés nationale (Sonelgaz, la poste qui ouvre ses portes à 09h00, ..etc) qui méprisent leurs clients, en l'occurrence les braves citoyens qui payent leurs impôts et leurs factures"s'ils vous plait" et avec lesquels l'état rémunère les fonctionnaires et les responsables de ces sociétés  publiques précités.

Autre cauchemar que vivent les citoyens de Collo, il s'agit de la soif et du manque, pardon l'absence d'eau dans les robinet, alors que les rue de Collo se transforment en ruisseau quelques secondes après l'ouverture des vannes et donc, le citoyen colliote meurt de soif tout en constatant l'eau coule sur la voie publique devant chez-lui et il ne peut rien faire face à cela que se dépêcher pour chercher les bidons pour acheter de l'eau de chez les fameux commerçants ambulants (tracteurs et camionnettes à citernes).

Si à Collo l'eau potable prend la voie publique pour finir dans la mère, à Tamalous (un village implanté dans la boue), les citoyens n'ont pas vu l'eau dans les robinets depuis 16 ans, alors que le barrage d'Oum Toub est quelques kilomètres. Et personne ne fait rien!!!!!!!

Enfin, il nous reste à poser la question suivante: cette pénurie d'eau et ces coupures du courant électrique sont-elles les conséquences d'une incompétence annoncée et une négligence confirmée de nos responsables qui nous aiment, pardon nous adorent !!!!! Et qu'ils ne pensent qu'à nous, les pauvres citoyens !!!!!!
Nous restons éveillés, car Collo et ses environs méritent mieux

Publié dans Actualité الحدث

Commenter cet article

samir 08/08/2009 21:53

En plus des détaillants de l'eau, il y a les vendeurs ambulants, de sardine, de legumes, de fruits et d'autres choses, tout est mélangé dans cette ville bla mali.
ellah la trebahhem