Habl El Oued baigne dans les eaux usées

Publié le par l'autre image de Collo الوجه الآخر

حي حبل الواد بالقل يسبح في مياه ملوثة في غياب فعالية قنوات الصرف الصحي


Il est indéniable que tous les quartiers anciens ou créés par les auto-constructeurs depuis l’Indépendance dans la ville de Collo accusent un manque terrible d’aménagement urbain.

Certaines personnes habitant ces quartiers regrettent même le cadre de vie des années 1970, alors que d’autres celui des années 1980. La cité Chéniguer Laidi, appelée communément Habl El Oued, est l’un de ces quartiers d’auto-constructeurs qui souffrent terriblement d’un cadre de vie malsain. Outre les routes, plutôt des chemins poussiéreux, cette cité a été, dernièrement, envahie par les eaux usées en cette saison chaude, qui fait craindre le pire aux habitants. Le réseau d’assainissement a été réalisé alors que cette cité comptait 100 résidants ; actuellement, l’on compte plus du triple, et ce réseau s’est avéré très vulnérable. La situation a drastiquement empiré depuis que le réseau d’assainissement de Dar Amor traversant cette cité, bouché à cet endroit, a été fracturé, laissant de ce fait se répandre les eaux usées à ciel ouvert, pour aller se déverser dans l’oued Sial, censé collecter les eaux pluviales. Celui-ci, à son tour, s’épand sur la plage. Tout le monde s’inquiète de l’habitation de B.R., baignant dans les eaux usées, et les multiples interpellations des autorités locales sont restées lettre morte, nous dira A. Ferroum, le secrétaire général du comité de quartier. Il soulève également le manque de sécurité au niveau de cette cité qui fait l’objet de multiples vols et autres cambriolages, et ce à cause de la faiblesse de l’éclairage public et l’état dégradé de la route. Toutefois, le point positif est la rénovation de l’AEP qui va leur permettre une meilleure distribution de l’eau.



Par D. Balta (le quotidien indépendant El-watan, l'édition du jour) 

Commenter cet article