La médiocrité et l'incompétence accentuent la misère des colliotes

Publié le par l'autre image de Collo

  

Photos prises par larsen, octobre 2008

Quant l'aménagement du territoire devient la profession de tout le monde, les qualifiés, les compétents et les incompétents. L'aménagement du territoire a ses régles. On étudie ses bases dans les Facs et les instituts spécialisés. L'aménagement du territoire n'est pas une profession. Elle est plutôt une science technique, qui exigent des connaissances de pointe dans le domaine de la physique, la géométrie, l'hydraulique et l'architecture. L'aménagement du territoire dans tous les pays, dans les quatre coins de la planète est très surveillé par des contrôleurs et des superviseurs compétents.

ces contrôles stricts sont en réalité dûs à la sensibilité et la dangerosité d'un travail mal-fait, une canalisation mal-finie, un mûre mal-construit, une fondation mal- fondée ou un immeuble mal-conçu.

Evidement que les dégâts liés à l'aménagement du territoire sont 100 fois plus importants que ceux causés par une guerre civile. Les dégâts sont de grande ampleur lorsque les infrastructures sont fragiles.

Les victimes sont souvent des citoyens pauvres et démunis, car les riches sont rarement concernés par les dégâts et les conséquences, vu que leur immeubles sont bien construits,  parfois avec de l'argent du contribuable.

Les photos ci-jointes reflètent parfaitement la négligence et la démission des autorités locales, censées surveiller et veiller sur le déroulement des opérations multiples de la reconstruction de la ville de Collo.

Collo est une ville sinistrée, ceci est prouvé par les photos prises et publiées dans ce blog, mais aussi les visiteurs se rendant à Collo peuvent en témoigner. Quant aux citoyens de Collo, ils en ont marre d'une ville qui ne cesse pas d'être dégradée, en donnant l'impression qu'il n'y a pas d'autorité locale, ni des gens élus pour servir l'intérêt du peuple.

L'entrepreneur qui a aménagé cette route a encaissé son argent, car son projet a été validé et approuvé par les services locaux.

Lorsqu'on regarde soucieusement les photos, on aperçoit cette bouche d'égout, servant à évacuer les eaux de pluie, est très mal-faite, en plus il manque des mourceaux???

Celui qui passe par ici en voiture, il faut qu'il apprenne à bien viser, sinon il risque de laisser sa roue dans le trou, si ce n'est pas toute la voiture.

Si vous avez des enfants, surtout ne les laissez pas trainer à proximité, car ils risquent de sortir dans les égouts de Oued Seyel

Quant aux piétons, ils ont intérêt à passer sur le trottoir s'il en existe un.

pourquoi le désordre est présent même dans les routes aménagées et finies à l'image de celle de ce quartier à Collo???

Cela peut s'expliquer qu'à Collo on ne travaille pas, si on travaille on ne finit jamais ce travail correctement.

Ce qui est malheureux, c'est que l'avaloire est pleine d'ordures et de sables. En cas de pluie, l'eau pourra atteindre le centre-ville, ce qui provoque souvent des inondations en aval.

Celle-ci est la réalité de la ville de Collo. Elle souffre du travail mal-fait, des responsables incompétents, de la médiocrité politique et économique.

Mais Collo, elle est aussi faite d'un peuple qui est entré en hibernation, car sa réaction est inexistante, son opinion est totalement absente. Le peuple de Collo n'a pas d'opinion, car manifestement, il ne réfléchit pas.

 

 

 

 

Publié dans Actualité الحدث

Commenter cet article

مولود 28/11/2008 14:53

مدينة القل عزيزة علينا لكن ناسها ضيعوها قبل ان يضيعها آخرون.مذا فعل اطاراتها .و قيادييها لما كانت السلطة في ايديهم .لاشيئ لهذا على الشباب الحالي الوعي للمسؤولية الملقات على عاتقهم .لتغيير الواقع المعيش.

l'autre image de Collo 28/11/2008 15:56


cher ami mouloud, Collo souffre, collo apl ces enfants et ses intellectuels pour prendre les choses en main, car collo est désormais une ville sinistrée (menkouba) deb rakeb mouleh


said 23/11/2008 14:28

j'habite tout près de cette endroit, je t'assure qu'un enfant de 5 ans est tombé dans ces trous. grâce à dieu que le trou n'est pas profond.